Responsable

Remy Kouadio

Responsable du Pôle Danse

Rémy naît en 1985 d’une mère française et d’un père ivoirien. Il grandit en région parisienne et suit une scolarité classique. Après avoir obtenu avec mention son bac Sciences et Technologies de Laboratoire en Biochimie, il part s’installer à Toulouse. Dans la ville rose, il entre en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles et étudie sans relâche afin de réussir les concours pour intégrer les facultés d’agronomie et de vétérinaire. Bien décidé à devenir enseignant-chercheur en agro alimentaire, il quitte Toulouse pour la Rochelle où il obtient brillamment son diplôme d’Ingénieur Maître en Biotechnologie Alimentaire.

C’est dans cette ville portuaire, où fut tourné Les Choses de la Vie, qu’il rencontre le talentueux chorégraphe et danseur Fred Jean-Baptiste. Sur ses conseils avisés, Rémy prend ses premiers cours de danse à l’âge de 20 ans. Grâce à son professeur Nadège Kchouk, il envisage un univers très différent de celui des biotechnologies et se passionne pour la danse. Lors d’une représentation sur scène, c’est la révélation. Une vocation naît, et avec elle, l’épanouissement et le sentiment d’être à sa place pour Rémy.

Son talent naissant reconnu, le jeune danseur est invité, sur les recommandations de Nadège Kchouk, à entrer en stage d’immersion au Centre Chorégraphique National de La Rochelle, dans le Ballet Atlantique dirigé par Régine Chopinot – connue du grand public pour avoir travaillé avec le couturier Jean-Paul Gaultier – Au sein de cette troupe, il découvre l’univers de la danse professionnelle contemporaine et abandonne définitivement les sciences pour se consacrer à cette nouvelle passion.

A 22 ans, c’est à Vichy, et au sein de l’Espace Pléiade de La Danse Jazz, qu’il dessine les contours de son ambition artistique. Aux côtés du talentueux chorégraphe et président du centre Kada Ghodbane, de Raza Hammadi et de Sadok Khechana, il apprend à devenir un danseur artiste interprète, formé aux techniques de danses jazz et moderne.

En intégrant la compagnie italienne Teatro Nuovo di Torino, il complète sa pratique en s’initiant à la danse classique et en perfectionnant son langage chorégraphique contemporain. Au cours d’une tournée de plusieurs mois dans toute l’Italie, Rémy acquiert également une plus grande connaissance de la scène en interprétant avec succès des oeuvres du répertoire de Robert North et Antonio Della Monica.

Riche de cette expérience piémontaise, il regagne la France où son retour est marqué par son engagement dans la compagnie Résonance de Kada Ghodbane. Il devient danseur soliste et assiste le chorégraphe. Embrassant différents rôles au sein de la troupe, c’est en animant des stages lors de tournées ou en étant invité comme chorégraphe ou jury dans différentes écoles de danse qu’il comprend qu’il aime aussi enseigner.

Avec l’envie incessante de découvrir d’autres cultures et d’autres pratiques, Rémy quitte Vichy pour Nice où il intègre la compagnie sud-américaine Corps et Danse. Au sein de cette formation, il perçoit de nouveaux horizons et de nouveaux rythmes qui le mènent vers la revue, le cabaret ou encore la danse latine.

A la même époque, c’est en travaillant avec Angelo Monaco, danseur chorégraphe de renom, que Rémy cultive le métissage entre danse ethnique et jazz traditionnel. Son ouverture d’esprit, toujours très présente, le conduit naturellement vers le grand Stephen Delattre, grâce à qui il découvre le caractère poétique que peut revêtir le style néoclassique moderne.

Toujours en quête de nouveaux projets, il n’oublie pas pour autant son désir de transmettre son expérience et sa passion de l’art du mouvement. Il obtient un diplôme d’état de professeur de danse jazz et au centre de formation, le Studio du Cours à Marseille, il devient un des membres inéluctable de l’équipe pédagogique. A Vichy, à l’Espace Pléiade, il intervient également comme formateur à la scène.

Aujourd’hui, il partage principalement sa passion avec les élèves d’Orchestra Studio, d’Orchestra Pro et s’exprime dans des productions de l’Opéra de Marseille et au sein de la compagnie Régis Obadia, créateur incontournable appartenant à la Nouvelle Danse Française et au talent plusieurs fois récompensé, dont le mouvement artistique, soutenu par le concours de Bagnolet, est à l’origine de la création d’une dizaines de centres chorégraphiques nationaux.